Project FeederWatch home page
Canadian FeederWatch page
Project FeederWatch
Overview Instructions and Updates Data Entry  link Data Retrieval News About Birds & Bird Feeding

Maladies chez les oiseaux

Return to About Birds & Bird Feeding Index Page

Disponibles sur cette page :

Que faire en présence d’un oiseau malade?

Conjonctivite chez le Roselin familier

Variole aviaire

Salmonellose

Aspergillose

Trichomonase

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Que faire en présence d’un oiseau malade?

Comme seuls les vétérinaires ou les détenteurs d’un permis spécial du gouvernement fédéral sont légalement autorisés à traiter les oiseaux sauvages, vous devrez informer une agence de la faune si vous observez un oiseau malade. Si on vous demande d’attraper l’oiseau pour des fins d’analyses, utilisez la méthode suivante : couvrez l’oiseau d’un morceau de tissu léger et déposez-le dans une boîte munie de trous d’aération. Si vous trouvez un oiseau mort, placez-le dans deux sacs de plastique avant de le jeter aux ordures (portez des gants).

Si un oiseau malade visite vos mangeoires, minimisez les risques d’infection en nettoyant scrupuleusement celles-ci. Si vous observez plusieurs oiseaux malades, retirez vos mangeoires pour une période d’au moins une semaine afin de laisser le temps aux oiseaux de se disperser. Ne réinstallez pas vos mangeoires avant d’être sûr qu’aucun oiseau infecté ne fréquente les environs. N’oubliez pas que la prévention constitue le meilleur moyen pour éviter les maladies : nettoyez régulièrement vos mangeoires, même si vous n’observez aucun oiseau malade, et évitez le surpeuplement de ces dernières en installant d’autres mangeoires ou en utilisant des mangeoires qui ne permettent l’accès qu’à quelques individus à la fois.

Pour reporter un oiseau malade ou en apprendre davantage sur les maladies affectant les oiseaux, communiquez avec l’organisme gouvernemental de la faune de votre province.

Conjonctivite chez le Roselin familier

La conjonctivite a été rapportée pour la première fois en 1994, à Washington D.C., par des participants du Projet FeederWatch. Les oiseaux infectés se reconnaissent par leurs paupières rouges, enflées et croûteuses. Ils peuvent également rester de longues heures sans bouger, essayant de temps à autre de se gratter les yeux avec leurs pattes ou encore, de se frotter la tête contre un arbre, maladroitement. Dans les cas extrêmes, les oiseaux deviennent incapables d’ouvrir les yeux et ainsi subvenir à leurs besoins. Bien que certains réussissent à guérir, nombreux sont ceux qui meurent de faim, de froid ou deviennent la proie d’un prédateur.

La conjonctivite chez le Roselin familier peut être causée par plusieurs facteurs, mais, dans la plupart des cas, elle est le résultat d’une bactérie appelée Mycoplasma gallisepticum. Les chercheurs ont depuis longtemps identifié cet agent pathogène chez le dindon domestique et le poulet, mais c’était la première fois, en 1994, que la bactérie était notée chez une autre espèce. Cependant, de récents rapports semblent indiquer que le Chardonneret jaune serait lui aussi touché par la maladie. Le regroupement des oiseaux aux mangeoires est sûrement un facteur qui facilite la transmission de cette maladie.

Vous pouvez nous aider à suivre l’évolution de la maladie en participant au Recensement des Roselins familiers et des Chardonnerets jaunes touchés par la conjonctivite. Pour plus d’information, visitez le site Internet consacré au recensement ou communiquez avec le personnel du Projet FeederWatch à pfw@bsc-eoc.org

  Variole aviaire

Il existe deux formes de variole aviaire. La plus commune se caractérise par les renflements qui apparaissent aux endroits dénués de plumes, comme le tour des yeux, la base du bec et les pattes. La seconde forme, quant à elle, se traduit par des plaques qui se développent Avian Pox
Avian Pox sur les muqueuses de la bouche, de la gorge, de la trachée et des poumons, rendant ainsi l’oiseau incapable de bien respirer et de bien s’alimenter. Une fois infectés, les oiseaux contractent souvent d’autres maladies, ce qui leur laisse peu de chance de s’en sortir.

La variole aviaire peut être causée par plusieurs souches de variole et a

été notée chez au moins 60 espèces, provenant de 20 familles différentes (dindons, rapaces, hiboux, bruants, etc.). Les oiseaux peuvent attraper le virus en entrant en contact avec un oiseau infecté ou une surface contaminée, comme le plateau d’une mangeoire, ou en ingérant de la nourriture ou de l’eau contaminée.

Salmonellose

La salmonellose est causée par une bactérie du genre Salmonella. Il s’agit d’une maladie fréquente chez les oiseaux, mais les symptômes ne sont pas toujours faciles à déceler. Parmi ceux-ci, on note la maigreur d’un individu, les signes de dépression, le plumage ébouriffé ou les paupières enflées. Les oiseaux infectés peuvent aussi sembler léthargiques et se laisser approcher facilement. Enfin, il arrive que certains oiseaux ne montrent aucun signe extérieur de la maladie, mais ils n’en sont pas moins porteurs.

La nourriture ou l’eau contaminée par les fientes d’individus infectés est le principal mode de propagation de la maladie, mais les oiseaux peuvent aussi l’attraper en ingérant de la nourriture contaminée par une autre source ou au contact d’oiseaux malades. L’apparition de la salmonellose peut, à l’occasion, causer de nombreux décès chez certaines espèces.

  Aspergillose

L’aspergillose est causée par un champignon qui affecte le système respiratoire des oiseaux. Les oiseaux en santé offrent habituellement une résistance à la maladie, mais les oiseaux avec un système immunitaire déficient sont particulièrement vulnérables. Les symptômes externes peuvent se traduire par de la difficulté à respirer, une maigreur et l’envie excessive de boire. Les oiseaux malades peuvent aussi avoir de la difficulté à marcher. Lorsque les yeux sont infectés, ils peuvent apparaître opaques et couler.

L’aspergillose est une infection qui est généralement causée par l’Aspergillosus fumigatus, un champignon que l’on retrouve fréquemment dans les végétaux en état de décomposition. Un oiseau peut devenir malade en mangeant ou en inhalant les spores contenues dans de la nourriture contaminée. L’infection produit des lésions sur les poumons et les sacs aériens et a été notée chez plusieurs espèces. L’apparition de cette maladie peut, à l’occasion, causer de nombreux décès chez certaines espèces.

  Trichomonase

La trichomonase est une maladie qui affecte principalement les pigeons et les tourterelles, de même que les rapaces qui s’en nourrissent. Les oiseaux infectés souffrent de lésions dans la bouche, l’oesophage et le jabot et ont parfois de la difficulté à fermer le bec. La maladie est causée par le protozoaire Trichomonas gallinae, présent dans les sécrétions buccales des oiseaux. Les oiseaux infectés peuvent transmettre la maladie en contaminant l’eau utilisée par les autres espèces. Le taux de mortalité associé à cette maladie varie selon les années, mais peut s’avérer assez élevé.

© 2005 Une permission écrite est requise pour utiliser images et texte compris dans ces pages.

Écrivez-nous

Le Projet FeederWatch est un programme de recherche et d'éducation mené par:

Cornell Lab of Ornithology Études d'Oiseaux Canada